French Arabic Chinese (Simplified) English German Italian Japanese Portuguese Russian Spanish

La rédaction emprunte à Madame Estelle de Montgolfier qu’elle remercie chaleureusement de larges extraits de son texte relatif à l’escapade de la SAMA au Pertuis d’Antioche du 21 au 24 septembre 2011
 

Voyage très réussi dans ce pays d’eau, de marécages, de vent, de sel et de vin au bord d’un océan où les marées envahissent les ports ou les vident, où la mer s’éloigne, gagnée de vitesse par la vase envahissante, où pendant des siècles de luttes religieuses, il a fallu pour se protéger à la fois de l’eau et des ennemis, construire des ports, des forts, des arsenaux, des remparts qui font maintenant partie du patrimoine, y compris le Mur de l’Atlantique. Dans cette lutte épuisante et ingrate, au milieu des ruines du passé et l’abandon de la mer, d’étranges protections, venues des temps anciens et de par delà les océans, apportent des renaissances inattendues !
 
Visite de Brouage.

L’histoire d’un port ancien. Ville de sel pour Romains, Gaulois, elle développe un commerce intense au Moyen-Âge, or blanc et vin, non vers les pays au sud qui en sont fournis mais vers ceux du nord de l’Europe ou de l’Amérique où le sel conserve poissons et viandes. Les navires apportent en délestage les beaux cailloux du Saint Laurent dont les rues sont pavées. Les rois ne s’en désintéressent jamais car le monopole royal de la gabelle, l’impôt le plus impopulaire de tous, remplit leurs caisses. L’ancienne forteresse, maintenant isolée au milieu des marais, montre des bâtiments magnifiques, pierre et brique, les belles ordonnances symétriques de l’art de Vauban, la poudrière, la prison, son petit port astucieusement dérobé aux regards à l’intérieur des remparts. Le sel qui a fait sa richesse a fait aussi sa perte en l’exposant aux rivalités religieuses avec La Rochelle protestante. Les navires coulés dans le port par ses ennemis l’ont définitivement étouffée. Dans Brouage «Broue» marque la vase bleutée envahissante ! Privé de ses ressources, le village garde ses nostalgies : Marie Mancini, une des «mazarines» envoyée là en exil pour laisser le roi-soleil épouser l’Infante d’Espagne et qui aurait inspiré la plainte célèbre de la Bérénice de Racine :
 
Vous êtes empereur, Seigneur, et vous pleurez !
 

Un quatrain de moindre qualité est gravé sur la pierre locale.
 
C'est par cet escalier de pierre que Marie
Montait pour entrevoir la Mer dans le lointain
Et pleurer tristement sur le cruel destin
Qui ne veut pas qu'un Roi par amour se marie.
 

... Un coup de tonnerre réveille la solitude des marais, dans les années 70. L’on apprend à la petite ville endormie et incrédule que de l’autre côté de l’Atlantique, Samuel Champlain, originaire de Brouage, fondateur de Québec n’a jamais été oublié. Là-bas, objet d’un culte identitaire, il réveille ici la ville. Des dons, par descendants interposés, restaurent l’église, redonnent du lustre au patrimoine de la forteresse, de l’élan au tourisme et développent des liens avec le Canada français.