French Arabic Chinese (Simplified) English German Italian Japanese Portuguese Russian Spanish

 

En 1670, Louis XIV décide de faire construire un bâtiment susceptible d’accueillir des soldats invalides sans ressources ayant combattu pour la France. L’hôtel des Invalides est édifié de 1671 à 1677 par l’architecte Libéral Bruant sous la direction de Louvois, ministre de la Guerre. Trois ans après le début de la construction, les premiers vétérans y sont accueillis par le Roi-Soleil en personne.

La construction de l’église Saint-Louis-des-Invalides est confiée à partir de 1676 à Jules Hardouin-Mansart qui réalise un édifice à double entrée : une chapelle pour le roi, à présent église du Dôme, et un espace dévolu aux pensionnaires, aujourd’hui église des Soldats. Il s’agit de créer un édifice où le roi et ses soldats puissent simultanément entendre la même messe, tout en y pénétrant par des accès différents, comme l’exige l’étiquette.

Sous Napoléon 1er, le Dôme devient panthéon des gloires militaires de la France, fonction pérennisée par les régimes postérieurs. Depuis 1840, la dépouille de l’Empereur repose sous le majestueux dôme doré à l’or fin et surplombant Paris du haut de ses 107 mètres.

Au cours des siècles, les fonctions attribuées à l’hôtel national des Invalides se sont progressivement diversifiées : caserne, hôpital, sanctuaire militaire, fonctions muséales et patrimoniales, sans jamais abandonner la vocation première hospitalière de cet édifice, perpétuée par l’Institution national des Invalides qui est aujourd’hui un centre d’accueil privilégié pour les victimes de la guerre.

Edifice dont la vocation militaire a toujours été reconnue, l’hôtel national des Invalides n’en demeure pas moins un véritable chef-d’oeuvre architectural du classicisme français et appartient, de ce fait, au patrimoine national.