En accédant à la présidence de notre Société, j’ai pris pleine conscience des responsabilités consubstantielles à cette charge. Ma mission s’inscrit dans la continuité de la politique affirmée et conduite par nos trois derniers présidents, que j’ai eu l’honneur, comme vice-président, de côtoyer et de servir, les généraux Jacques Bley, de 1992 à 1998, Mathieu Ceccaldi, de 1998 à 2006 et Jean Guinard depuis 2006.

Une association centenaire telle que la SAMA raconte une longue histoire humaine collective. L’association est un contrat. Elle accueille ceux qui cotisent pour épanouir une passion, vivre des émotions nouvelles, et voulues partagées. Les membres d’une société d’amis de musée expriment ainsi la liberté fondamentale de se grouper pour échanger des connaissances, partager des connivences, créer ensemble, et surtout pour marcher vers un objectif contribuer au rayonnement du musée de l’Armée.

Cent ans de vie ont engendré les règles de fonctionnement qui nous unissent et ont développé les outils avec lesquels nous avons construit, réalisé et porté à connaissance de multiples activités.

Il convient néanmoins de regretter, pour un meilleur fonctionnement du bureau, la limite de nos moyens humains, fondés sur les seules forces vives du bénévolat. Cette carence interdit de mener à bien certaines entreprises souhaitées par le conseil ou conduit à répondre difficilement à des engagements simultanés, comme ce fut le cas lors des manifestations du Centenaire. L’appel à toutes les bonnes volontés est renouvelé.

Nous lient le bulletin et la revue, dont les qualités sont unanimement appréciées dans et hors notre Société. La collection de cent-quarante opus aujourd’hui est notre contribution au rayonnement du musée. Cette richesse collectivement produite est le viatique avec lequel nous sommes entrés de plain-pied dans le deuxième siècle de notre existence. Nous rassemblent conférences et voyages, dont les bénéficiaires témoignent du dynamisme. Le site web ne cesse d’enrichir et d’élargir ses rubriques, ses liens, ses interfaces ; il est source de nouveaux contacts indispensables. Il devient un instrument majeur de notre stratégie de développement et un appui certain à notre rayonnement. L’outil internet favorise et promeut la structure en réseaux, assise évidente de notre notoriété. Réseaux inter-associatifs, comme les fédérations nationales et régionales des sociétés d’amis de musées, les partenaires de musées militaires, dont nous consolidons le portefeuille. Mais la tâche est difficile, dont le succès repose sur l’expansion et l’accroissement territorial du nombre de nos adhérents. Les effectifs !

Pour conclure sur un gage de continuité dynamique, je termine en faisant miennes ces phrases écrites dans le bulletin d’octobre 2006 par le général Jean Guinard, nouvellement élu président : « Le musée de l’Armée est la raison d’être de la SAMA. Que chacun d’entre nous à son niveau s’attache à en être le héraut ; nous pourrons alors être légitimement fiers de travailler à en faire le plus beau musée militaire du monde. C’est ce que je souhaite et je compte sur vous tous pour y contribuer ».


PROFESSEUR JEAN-PAUL AMAT - PRÉSIDENT DE LA SAMA.